tournage du 25 mai

 

 

Tournage du 25 mai, raconté par Juliette.

 

En amont de ce tournage, le vendredi  21 Mai, avant de tourner la séquence avec les enfants au centre d’animation , Joelle va saluer « ses » chers boulistes, curieuse de savoir s’ils sont enfin fixés sur leur sort. Depuis plusieurs mois, rien ne bouge, donc rien ne presse en tournage. 

 

Ce vendredi là sur le terrain de boules la nouvelle vient de tomber : les boulistes ont le  weekend de l’ascension  pour préparer leur transfert sur le mail Binet, abandonner leur terrain. Trois petits jours pour ranger leurs boules, leurs chaises et leur plateau de jeu : « Ils viennent de nous dire que l’entreprise doit  s’installer sur le terrain mardi. Ils nous donnent rendez-vous mardi pour discuter… ». « A quelle heure ? » « Dans la matinée ». Impossible d’avoir plus de détails. Ce jour-là, les boulistes en colère restent muets.

Panique à bord, Joelle est absente ce fameux  mardi,  les « pros » aussi. Vite, Romain et Juliette à la rescousse, seuls aux manettes avec la Z7 et un micro caméra. Vendredi après le tournage, Romain et moi allons discuter avec un bouliste, Jacky ; on échange nos numéros de portable ; Jacky me montre les fenêtres de son appartement visibles du terrain. On prend rendez-vous pour le mardi matin. Ensemble on convient de la première séquence à tourner : lui, à sa fenêtre, guettant les officiels.

 

Mais, quand le mardi,  Romain et moi arrivons à l’heure dite, Jacky  est déjà sur le terrain, avec son copain Jean. Il fait très chaud, le soleil est radieux, la luminosité explosive.

 

Nous faisons plusieurs tentatives de cadres : d’abord, les deux boulistes sont surexposés. Romain propose d’inverser la position de la caméra (dos au terrain, devant la buvette) pour obtenir plus de contraste à l’image, et éviter le son du boulevard et des bus qui couvriraient les paroles.

Comme je connaissais mieux la situation des boulistes, je prends le rôle de Jojo, m’installe à côté de la caméra et lance les questions. Romain, le casque sur les oreilles et la caméra au poing, tente d’assurer une image fixe sans pied ! (Ah ! ce pied ! on ne l’avait pas pris parce que trop chargé ! la prochaine fois même trop chargé , prendre le pied !!!)  Il est presque midi, il fait très chaud. Mais Romain résiste sous le cagnard !!

Les boulistes ont très bien parlé : ils ont raconté l’avenir critique de leur association, ont comparé leur situation d’attente à ceux de tous les habitants vivant le renouvellement urbain. Beaucoup de choses se sont dites.

Les officiels ne sont pas venus ce matin, les boulistes sont rentrés manger.  Nous avons rangé le matériel, espérant que l’image et le son seront exploitables.

Après un court visionnage de quelques plans seulement, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait « trop d’air » au dessus des têtes (le cadre aurait pu être resserré), mais la lumière et le son sont corrects !!

Nous avons appris que les officiels  étaient apparus en fin d’après-midi pour faire un tour de piste. Depuis, les boulistes n’ont eu aucune autre indication. Alors ils ont tout réinstallé sur le terrain : « on va s’gêner, tiens !! ». Les parties de boules ont repris, comme au bon vieux temps, en attendant la suite…

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :