Stage post- production

Sous la responsabilité de Laurent Fénart

 

I. PIXELS

Nous avons commencé par aborder la notion de pixel, la plus petite surface de l’écran (l’équivalent du photon, particule de lumière).

Comment connaître le nombre de pixels pour une image ?

En fonction de la taille de l’image, tu calcules le nombre de pixel.

Les différentes tailles de l’image :

SD (Standard Definition) : 720 (largeur) x 576 (hauteur) = 414720 px

Full HD = 1920 x 1080 = 2073600 px.

(HD intermédiaire = 720 x 1280)

HDV = 1440 x 1080.

 

Norme de projection au cinéma : 2k = 2 millions de pixels, et on arrive bientôt à 4k.

(on s’approche de la résolution 35 mm = une image pleine)

 

II. COMPRESSION

Pour comprendre la compréhension, il faut connaître les mesures informatiques :

1Bit = la mesure la plus petite

1 Oct = 8 bits (= 1Byte chez les anglophones !)

1Ko = 1000 Oct

1Mo = 1000Ko (1 million Oct )

1Go = 1000 Mo (1 million Ko)

1 To = 1000 Go (etc…)

 

La compression de fichiers, c’est par exemple, passer de 1Go à 200 Mo en ayant le moins de perte possible. C’est parvenir à dire la même chose avec moins de mots, en quelque sorte.

 

Le terme « format » abrite plusieurs significations :

- la taille de l’image (qui équivaut au nombre de pixels)

- le ratio (par exemple : le 16/9e =1,77)

- le codec (le type de compression)

 

Attention, il ne faut pas confondre le codec et le container.

 

.mov ou .avi sont des containers.

Le fichier est compressé avec le codec H264 ou Apple pro Ress 422, par exemple…

Il y a des références commune. Ex : pour un DVD = MPEG 2 (qui est un codec et un container)

Les variantes : m2v ; m2ts ; m2t

 

III. 4/3 OU 16/9 ?

Il faut respecter le format de tournage.

Si c’est en SD, l’image est de 720 x 576 = 1,25 de ratio (proche du 4/3 = ratio 1,33

= 768 x 576)

Pour le lire en 16/9e (ratio 1,77 = 1024 x 576),  l’image s’élargit = elle se « désanamorphose » automatiquement.

 

Donc Mieux vaut passer par du 4/3 et élargir en 16/9e  plutôt que filmer en faux 16e

Le letterbox est déconseillé = des bandes noires en haut et en bas de l’image = pas d’exploitation de tous les pixels !

 

(l’inverse du letterbox = le pillar box, c’est faire du 4/3 dans du HD)

 

En HDV (1440 x 1080), il y  a un logiciel de lecture qui élargit automatiquement (il désanamorphose électroniquement).

 

Le codec en HDV = Apple HDV 1080i50 (sur final cut, voir les propriétés de séquence, vidéo)

Que signifie HDV 1080 i 50 ?

Le numérique tourne à 25 images / seconde.

Ou plutôt à 50 demi-images entrelacées = 50 trames entrelacées qu’il lit en 2 fois.

 

C’est différent du 25P (utilisé en 5d par exemple) = 25 images progressives qu’il lit en 1 fois (mais attention au mouvement, risque de stroboscopie !)

 

IV. QUEL CODEC?

S’il y a deux formats sur une séquence, il faut privilégier le format le plus élevé = séquence Apple Pro Ress

(dans contrôle de rendu, choisir le codec Apple Pro Ress)

 

Le PRO RESS est une compression presque sans perte.

Pour comparaison, la valeur de compression en HDV : 15 Go = environ 60 minutes

Ce qui équivaut à 3,28 Mb/ seconde

En codec Apple Pro Ress :181 Mb/seconde !!

 

Plusieurs types de PRO RESS :

LT

PROXY (à ne pas utiliser)

NORMAL

HQ (ça pèse !)

 

Que signifie 422 ?

Sur 4 pixels = 2 informations lumière

Sur les 2 lignes = 2 informations lumière + couleur

 

(alors que 420 : sur 4 pixels = 2 infos lumière et couleur, mais sur la 2e ligne = que de l’information lumière !)

Au montage, on travaille souvent en conformation = monter avec un format lowquality puis retravailler en HQ…)

 

V. LA METHODE LAURENT FENART POUR LA COMPRESSION HDV 

 

Ouvrir une première séquence au format HDV (conforme au rush).

Glisser cette séquence dans une 2e séquence SD (charger les préréglages Apple Pro Ress PAL Anamorphosé, ne pas oublier 8bits en son)

 

Envoyer à Compressor

Dans Compressor, utiliser les préréglages personnalisés (voir les settings ci joint) .

Surtout : garder la proportion 4/3 = cela déforme l’image mais conserve plus de pixels !

Débit moyen de compression : 7,5 Mbs max pour que le dvd puisse le lire…

(voir le logiciel Bitrate Calculator qui déduit le débit moyen en fonction de la durée du film)

 

Dans dvd studio pro, simuler en écran 16/9e !!

Ce sera le logiciel de lecture qui désanamorphosera…

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :