Mars Avril, le temps du chantier

Publié le 22 Avril 2011

clap8

De la projection du 2e film  (année 2010)  ... 

Le 17 Mars, le gymnase du centre d’animation Binet, transformé en salle de cinéma, est comble. Pas une chaise vide, une vingtaine d’enfants assis sur des tapis à même le sol, une trentaine de personnes debout: vous êtes plus de deux cents à venir assister à la projection de ce 2e film sur le renouvellement urbain de votre quartier. Parmi vous, les personnages  du film, des habitants croisés tout au long de l’année qui deviendront peut-être acteurs d es prochains films, les membres de la Sierra Prod, des représentants des structures du quartier, plusieurs élus d ont le Maire du 18e. Un grand merci à vous tous.

Le film raconte votre vie les pieds dans le chantier de janvier à décembre 2010. Pendant la projection, parfois l’émotion est palpable, d’autres fois les rires fusent. Face à l’écran, vous réalisez que vous aussi, vous pourriez « dire ce que cet habitant dans le film est en train de dire ». Et, c’est ainsi que les interrogations de quelques- uns deviennent les questions de tous.

Après la projection, autour du grand buffet - dressé avec l’aide de plusieurs habitants et de quelques structures du quartier (merci au personnel de la CAF et du centre d’animation) – vous êtes restés plus de deux heures à dialoguer, à commenter le film, à vous interroger sur ce que vous avez vécu l’année écoulée. Et, à ce qui vous attend. La projection fut une réussite. Un de ces moments précieux où l’on se réunit, où la solidarité imprègne l’ambiance, où l’on ressent le « quartier ». C’est pour ces moments-là aussi que ce projet existe. Chaque année, la projection du film étape devient l’aboutissement du « faire ensemble ». 

En prêtant attention  à vos conversations,  nous avons bien compris que vous avez trouvé le film un peu long : rester assis pendant 80’ sur une chaise bien raide, un exploit ! On essaiera de réaliser un film plus court l’année prochaine ! Mais vous avez apprécié sa qualité technique (image, son et montage), la mise en valeur des paroles de chaque personne à l’écran. Et vous nous avez remercié d’avoir soulevé la question de l’avenir  du centre médico psychologique : comment un tel lieu si nécessaire à tant de familles, en lien avec toutes les écoles du quartier,  pourrait-il être emporté par le renouvellement urbain, disparaître ?

 ... Au lancement des repérages du 3e film  (année 2011)… 

Quelques jours après la projection, le collectif audiovisuel de La Sierra Prod se réunissait. Objectifs : bilan du 2e film ; lancement du 3e film (lire le compte rendu).

Si chacun reconnaît que le pari de la réalisation collective – chaque équipe responsable de la réalisation de sa thématique ; toutes les équipes responsables du film -  est en passe d’être gagné, très vite les critiques s’élaborent.  Tous de reconnaître que nous sommes trop souvent restés « à la surface des gens » , nous contentant de recueillir « les sentiments à fleur de peau des habitants ». Notre caméra  permet, bien sûr, aux habitants de se dire. Mais il faut aussi qu’elle leur permette de se réfléchir dans le temps du chantier. En conclusion, ce n’est pas parce que nous faisons un film avec des habitants, pour des habitants, que nous devons craindre de « les bousculer ». Et, cela n’est possible que si, avant de tourner, nous passons beaucoup plus de temps avec eux, que nous nous imprégnons d’eux. En un mot, pour le prochain film, il est nécessaires de programmer de longs repérages en compagnie des gens (lire le journal des repérages chez les biffins).

Sur le terrain du chantier, peu de transformations visibles. En apparence rien ne bouge. Il est clair que cette année, ce n’est pas l’avancement des travaux qui va commander l’organisation des journées de tournage. Une aubaine pour la démarche que nous voulons adopter pour la réalisation de ce 3e film ! Nous programmons donc la fin de nos repérages en juin ; puis, l’écriture ensemble d’un synopsis dont le but sera d’imaginer une structure dans laquelle s’emboiteront les différentes thématiques. Même si chacun de nous sait bien que la salle de montage a toujours le dernier mot dans la réalisation d’un documentaire, cette écriture en amont permettra sans doute à chaque équipe de montage de travailler dans la même direction.

… En passant par  les  photographes. 

Réfléchir le temps du chantier avec un appareil photo a toujours fait partie de notre démarche, mais amateurs et professionnels ne trouvent pas toujours le temps de travailler ensemble. Depuis quelques temps, certains membres du collectif photographique manifestent le désir de s’inscrire davantage, comme les professionnels de l’audiovisuel, dans une démarche de transmissions des savoirs. Ce désir a entraîné la mise en place d’ateliers de photographie. 

En partenariat avec Oasis 18, une association qui accompagne la scolarité des jeunes du quartier, le collectif photographique a réuni une dizaine de jeunes de 12 à 18 ans. Ensemble ils ont décidé d’organiser, à partir de mai, le premier atelier photo de La Sierra Prod. Nous allons faire l’acquisition de deux appareils photo de très bonne qualité et, dans notre petit local transformé en studio pour l’occasion, les apprentis photographes seront initiés aux techniques du numérique et de photoshop, mais aussi à celles du portrait (utilisation de la lumière artificielle); puis les jeunes, appareil à la main, accompagnés de professionnels, iront faire des balades dans d'autres quartiers de Paris (initiation aux techniques de la photo reportage). D'autres séances studio suivront pour faire l'analyse des clichés, des erreurs, des progrès  réalisés... Au bout de quatre ou cinq séances, nous espérons qu'ils seront en mesure d’appréhender leur quartier et leur entourage avec le regard d'un "photographe amateur".

Rédigé par La Sierra Prod

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article